fbpx

L’importance de travailler dans un lieu de travail sécuritaire

Une conversation avec Antoine Le Roux, Ph.D.

Originaire de France, Antoine Le Roux est arrivé au Québec pour un “postdoc” de deux ans à l’Université de Sherbrooke. Bien qu’il ne pensait pas rester au Québec, il est aujourd’hui le Co-responsable du groupe CMC (fabrication chimique et contrôle) et aide nos clients à mettre à l’échelle leurs molécules dans nos laboratoires CMC à la pointe de la technologie. 

Antoine a pris un peu de temps pour nous parler de son parcours vers la chimie (et vers le Canada), de ses motivations au travail et de l’importance de préserver la sécurité sur le lieu de travail – pas seulement dans le laboratoire, mais dans toutes les activités technologiques. 

Comment avez-vous commencé votre carrière dans l’industrie pharmaceutique?

Je suis né en Bretagne, en France, mais j’ai vécu et étudié dans de nombreuses villes du pays et de l’étranger ! Cependant, mon cœur reste dans mon pays d’origine et je pense souvent à mon enfance sur les rivages de la Bretagne. Pour moi, ce sera toujours le plus bel endroit du monde.

J’ai obtenu ma maîtrise en chimie à l’École nationale supérieure de chimie de Montpellier, en France. Puis, j’ai effectué un doctorat de trois ans à Strasbourg. Malheureusement, j’étais au chômage après cela. Même avec un niveau d’éducation très élevé, il était difficile de trouver un emploi en France à cette époque sans avoir d’expérience professionnelle préalable. J’ai vite compris que si je voulais poursuivre ma carrière en chimie, je devais partir.

Un jour, j’étais sur mon ordinateur portable et j’ai vu une annonce pour un postdoc dans un endroit appelé Sherbrooke, dans le laboratoire d’Eric Marsault. Bien que j’aie déjà entendu parler une fois de cette université, je n’avais aucune idée de l’endroit où se trouvait Sherbrooke. Pour moi, le Québec, c’était juste Montréal et rien d’autre ! Mais j’ai postulé et j’ai eu un entretien avec le professeur. Il était également français, et nous avons sympathisé. Il m’a ensuite proposé le “postdoc” et je l’ai accepté.

À Sherbrooke, j’ai travaillé dans un laboratoire complètement différent de ceux auxquels j’étais habitué en France. C’était fantastique de travailler là-bas. Après un an et demi de “postdoc”, mon professeur m’a proposé de travailler sur un autre projet intéressant, une collaboration avec une grande entreprise pharmaceutique européenne. Même si je ne le savais pas à l’époque, le projet était assez proche de ce qui se ferait dans un OCR (organisation de recherche contractuelle) et dans un laboratoire CMC. En général, les laboratoires universitaires comme le nôtre travaillent avec d’autres laboratoires universitaires sur des projets qui peuvent prendre beaucoup de temps. Or, nous travaillions avec une entreprise du secteur, et nous avions besoin d’un résultat rapide. L’entreprise était très rigoureuse et nous encourageait vraiment à travailler à un haut niveau. J’ai vraiment aimé cela, et le projet a été un grand succès.

À la fin de l’étape de développement du projet, à laquelle j’avais participé, j’avais le choix. Je pouvais rester à Sherbrooke et travailler dans le laboratoire académique, ou je pouvais rejoindre de nouveaux horizons. Le professeur Eric Marsault m’a souvent parlé de NuChem Sciences et m’a dit qu’ils étaient différents parce qu’ils recherchent le meilleur dans les personnes qu’ils embauchent. J’étais vraiment attiré par cette mentalité, car la chose la plus importante pour moi était un bon environnement de travail.

J’ai donc postulé pour un emploi chez NuChem Sciences. J’ai d’abord pensé que mon entretien avait été mauvais, mais ils m’ont proposé un poste, et j’ai commencé à y travailler en octobre 2016 !

Comment se déroule une journée type chez NuChem Sciences?

Après avoir dit bonjour à tout le monde, ma journée commence par l’analyse des réactions qui se sont déroulées pendant la nuit. En attendant le résultat, je prends un café, je déjeune et je discute avec mes collègues. Après cela, il n’y a pas de « journée type » ! Chaque réaction est différente, et chaque réaction nécessite une application ou une présence différente dans le laboratoire.

En tant que scientifique CMC, votre rôle chez NuChem Sciences est un peu différent de celui des scientifiques auxquels nous avons déjà parlé. En quoi consiste votre travail?

Oui, je fais partie du groupe CMC de NuChem Sciences et je travaille dans le nouveau laboratoire CMC. Les clients que j’aide ont déjà leurs molécules. J’ai une analogie pour décrire le travail de notre groupe : Pour fabriquer ses molécules, un client peut avoir emprunté une route longue, sinueuse et parsemée de nids de poule. Nous sommes là pour l’aider à prendre l’autoroute et à aller plus loin avec ses molécules.

Ainsi, le client dispose déjà de la structure et de quelques milligrammes de ses molécules souhaitées et a peut-être déjà effectué quelques tests. Maintenant, il veut passer de quelques dizaines de grammes à un kilogramme pour des procédures telles que des tests de toxicité. La voie de synthèse dont ils disposent peut être très coûteuse ou prendre beaucoup de temps, voire ne pas être applicable à une production à grande échelle. Bien que vous puissiez effectuer de nombreuses réactions à l’échelle de 100 milligrammes, les réactions que vous pouvez essayer à l’échelle de 10 grammes ou plus seront complètement différentes car, dans le flacon, il se passe bien plus que de la chimie.

Ainsi, les clients viennent nous voir pour fabriquer de plus grandes quantités de leur produit plus rapidement, mieux et moins cher.

Votre rôle et celui du groupe CMC vous rendent-ils fier?

Comme ce n’est pas moi qui trouve les molécules, je ne suis pas extrêmement fier ! Nous aidons simplement les clients à aller plus vite. Mais j’aime aider les clients à faire avancer leur projet. Savoir que l’avancement de leur projet pourrait un jour aider des personnes atteintes de maladies me motive. Nous ne sommes qu’une petite partie de ce processus, mais nous sommes une partie importante.

Avez-vous une devise personnelle qui vous anime chaque jour?

Il y a beaucoup de choses qui me motivent, comme aider les clients à faire avancer leur projet et développer une bonne relation avec eux. J’ai eu des collaborations vraiment positives avec des clients et cela me motive à donner le meilleur de moi-même et à faire tout ce que je peux pour les soutenir.

Le fait d’avoir un environnement de travail positif me motive également. Les dirigeants de NuChem Sciences ont beaucoup de respect pour leurs employés. Ils reconnaissent que nous sommes des êtres humains et pas seulement des employés. J’aime beaucoup l’ouverture d’esprit dont font preuve les dirigeants.

Ils reconnaissent que nous sommes des êtres humains et pas seulement des employés. J’aime beaucoup l’ouverture d’esprit dont font preuve les dirigeants. Par exemple, John Mancuso et Daniel Guay ont toujours leur porte ouverte si vous avez besoin de discuter de chimie ou même de quelque chose de complètement différent ! J’apprécie cela et cela contribue à maintenir un excellent environnement de travail. Je pense aussi que cela attire les gens. Nous attirons des gens qui aiment leur travail, pas des gens qui ne pensent qu’à gagner de l’argent.

Pensez-vous parfois à retourner en France? Cela a-t-il été un sacrifice de venir au Canada?

Oh, bien sûr, mais je ne sais pas si je pourrais y retourner. Quitter la France a été un énorme sacrifice. Lorsque j’ai terminé mon doctorat, je me suis demandé si je devais rester au chômage ou changer de carrière. Je ne pouvais pas imaginer faire tout ce travail et ces études pour rien. J’ai donc quitté ma famille et je suis venue ici pour poursuivre ma carrière dans la chimie. Et oui, c’était difficile.

En janvier 2016, j’ai passé Noël avec ma famille. Quand je suis revenu à Sherbrooke, j’ai dit à mon professeur que dès que notre projet serait terminé, je retournerais en France. Mais durant cette année, quelque chose a changé dans ma vie, et j’ai finalement envisagé de rester au Québec. J’ai alors obtenu un emploi chez NuChem Sciences et j’ai décidé de déménager à Montréal ! Depuis, j’ai rencontré ma femme, nous avons deux filles merveilleuses, et bien que vivre à Montréal ne soit pas parfait, je suis parfaitement heureux maintenant.

Même si cela a été difficile, je ne regrette rien. Je suis vraiment heureux et il est clair que le fait de travailler chez NuChem Sciences m’a aidé à décider de rester ici. Si ce n’était pas pour NuChem Sciences, je retournerais en France (enfin, après une discussion familiale aussi !).

Avez-vous une citation qui vous motive dans la vie?

Lorsque je terminais ma thèse sur les différents types de radioprotection, j’ai trouvé une citation que j’aimais beaucoup. Comme la thèse était indirectement liée à la catastrophe de Tchernobyl, j’ai choisi cette citation d’Einstein pour l’accompagner : « Le souci de l’homme et de son sort doit toujours constituer l’intérêt principal de tous les efforts techniques. »

J’applique cette idée à chaque réaction que je réalise à NuChem Sciences. Chaque fois que je développe une réaction, la sécurité est toujours la première chose que je prévois. Si une réaction peut être dangereuse, je ne la fais pas ou je trouve un moyen plus sûr de la réaliser.

Nous voyons encore aujourd’hui les effets de Tchernobyl. Bien que le développement des réacteurs nucléaires ait ralenti depuis lors, il existe toujours des centrales nucléaires vieillissantes qui doivent être démantelées et des déchets qui doivent être traités.

Et de nos jours, nous constatons un effet plus large du développement industriel antérieur qui a un effet terrible sur l’environnement, et la citation d’Einstein prend encore plus de sens. Je n’ai pas la prétention de modifier les paroles d’Einstein, mais je pense que nous pourrions également ajouter que les êtres humains, leur environnement et leur sort devraient toujours être notre principal intérêt dans toutes les avancées techniques.

Avez-vous des conseils pour les jeunes scientifiques?

L’obtention de votre diplôme n’est que le début d’un merveilleux parcours, il y a encore tant à apprendre ! Ici, chez NuChem, nous avons de nombreux scientifiques talentueux et expérimentés qui ont beaucoup de choses à partager. J’ai appris tellement plus depuis que je travaille ici, et je continue à apprendre chaque jour.

 

Transformer les idées par la science

Société de recherche contractuelle dans la découverte de médicaments et en chimie des procédés.

NuChem Sciences Inc.

2350 Rue Cohen Suite 201
Saint-Laurent, Québec
Canada H4R 2N6
514 416 5659

©2022 NuChem Sciences. Tous Droits Réservés
English