fbpx

Quel est l’ingrédient secret pour un environnement de travail ORC productif et plaisant?

Une conversation avec Daniel Guay, Ph.D.

 En tant que directeur scientifique en chef, Daniel Guay apporte une riche expérience de près de 20 ans en tant que scientifique en découverte de médicaments passé par Merck-Frosst.

Cependant, en tant que fondateur de NuChem Sciences, il se consacre à partager ces connaissances et son expérience avec son équipe qui est en constante croissance.

Aujourd’hui, nous discutons avec Daniel des caractéristiques et des talents qu’il recherche chez les scientifiques, de l’importance de la collaboration et de l’avenir des petites molécules dans la découverte de médicaments.

En tant que personne qui a des années d’expérience dans la découverte de médicaments, vous devez avoir des réalisations notables dont vous êtes fier.

J’en ai quelques-uns! Lorsque j’ai terminé mon postdoctorat à Stanford, je suis retourné au Canada pour travailler chez Merck Frosst à Montréal. J’ai passé un peu moins de 20 ans avec eux dans la découverte de médicaments au sein de plusieurs équipes, et nous avons réussi à mettre un certain nombre de médicaments sur le marché.

En fait, le premier projet auquel j’ai participé a produit un médicament appelé Singulair. C’est devenu une grande réussite commerciale et a rapporté des milliards de dollars à l’entreprise tout en soulageant d’innombrables personnes asthmatiques.

En fait, l’un de mes moments professionnels les plus fiers a été d’apprendre par un employé que l’atmosphère familiale que nous avons chez NuChem était ce qu’il préférait pour travailler ici.

Et il a dit que cette atmosphère était à cause de moi.

C’est le meilleur compliment que j’ai reçu depuis de nombreuses années. Je ne veux pas paraître paternaliste, mais le fait que les gens aient senti que notre groupe était comme une deuxième famille était vraiment gratifiant. C’est exactement ce que j’essaie de créer dans un environnement de travail.

Pour vous, qu’est-ce qui est le plus important dans un environnement de travail ?

Je tiens à deux choses : la science mais, plus important encore, l’équipe. Nous avons commencé en petit groupe – nous étions tous d’anciens collègues de Merck Frosst. J’ai choisi mes collègues parce que je savais à quel point ils étaient bons et à quel point nous pouvions travailler ensemble. Nous avions une culture familiale dans l’entreprise.

Maintenant, nous avons atteint un point où cette culture a peut-être légèrement changé. Cependant, je connais toujours tout le monde par leur prénom et je visite régulièrement le laboratoire. Je discute avec les gens, les questionne sur leurs week-ends et converse sur leurs projets. Pour moi, cette interaction personnelle avec mon équipe est très importante.

Pensez-vous que cet environnement de travail collaboratif attire les meilleurs ?

Nous avons embauché de nouveaux talents à un rythme rapide au cours des dernières années, mais j’ai toujours été sélectif sur les candidats. Ce n’est pas seulement une question de talent, c’est aussi une question de personnalité.

Lorsque nous interviewons des gens, nous leur disons toujours que nous recherchons des candidats de très haut niveau, mais nous recherchons également des collègues qui resteront ici pendant de nombreuses années. Il doit être bien adapté à tous points de vue.

Et, lorsque nous accueillons une nouvelle recrue, je leur dis toujours de ne pas avoir peur de poser des questions – non seulement à vos coéquipiers, mais aussi à d’autres collègues de laboratoire ou même à des collègues du laboratoire d’à côté. Collectivement, nous avons tellement de richesses en termes de connaissances scientifiques et nous avons tous des parcours différents.

Pour moi, tout le monde chez NuChem est un collègue – pas simplement un « employé ». Je déteste quand les gens m’appellent le patron ! Je pense que l’association d’une atmosphère décontractée à un niveau scientifique élevé attire certainement d’excellents candidats.

Comment est-ce de travailler dans la découverte de médicaments? Avez-vous l’impression d’apporter quelque chose à l’humanité ?

C’est super ! Nous nous efforçons tous de faire partie d’un programme de découverte de médicaments qui aidera à soulager la douleur ou à guérir les gens.

Notre travail intervient dès les premières étapes du processus de découverte de médicaments. Nous aidons nos clients à trouver la meilleure molécule qu’ils peuvent pousser vers les essais cliniques.

Bien sûr, nous restons en contact avec nos clients pour voir à quel point notre travail a été fructueux. Savoir que vous avez fait partie d’un programme qui a réussi est un sentiment incroyable.

Comment la pandémie de COVID-19 a-t-elle affecté l’industrie?

De toute évidence, la COVID-19 a été très malheureux pour le monde entier. Mais cela a ouvert les yeux du monde entier sur l’importance d’investir dans la science – pas seulement les vaccins, mais les thérapies pour toutes sortes de maladies.

Nous avons également vu beaucoup d’investissements dans les sciences de la vie au cours de la dernière année, ce qui est une bonne chose pour les ORC, mais aussi pour les personnes qui ont besoin de traitements.

Par exemple, les grandes sociétés pharmaceutiques ont fait beaucoup de travail dans le développement d’antibiotiques dans le passé. Cependant, leur investissement dans ce domaine a été réduit après les années 1980, et maintenant nous manquons de bons antibiotiques pour lutter contre les infections.

Je pense que la société réalise à quel point il est important d’investir dans de nouveaux médicaments et traitements. Il s’agit simplement de reconnaître où les efforts doivent être déployés.

Vous avez mentionné l’atmosphère positive que vous avez contribué à créer chez NuChem. Qu’est-ce que vous aimez le plus dans le travail dans l’entreprise ? 

Ce qui me motive, c’est la science – qu’il s’agisse de parler à mes collègues du laboratoire pour savoir s’ils ont fait des progrès depuis notre dernière conversation avec le client ou de regarder ce que nous présentons au client.

Quand le client est content et qu’il dit : « Excellent travail cette semaine », c’est la cerise sur le gâteau pour nous. C’est ce que nous voulons entendre, nous voulons faire plaisir aux clients car leur projet avance.

Pensez-vous que NuChem pourrait être le plus grande ORC au Canada?

Nous l’espérons! C’est le plan.

Je ne sais pas exactement quelle sera notre taille dans les cinq prochaines années. Je pense que cela dépend du marché et de l’économie, mais nous allons être ouverts d’esprit.

Cependant, je crois que nous allons certainement être les meilleurs. Toute croissance que nous connaîtrons ne se fera jamais au détriment de la science de haute qualité que nous faisons ici.

Quel trait de personnalité considérez-vous comme important pour les dirigeants ?

Vous devez montrer l’exemple. Vous devez également permettre au gens de se responsabiliser et de s’émanciper.

Si vous essayez de tout faire vous-même et de tout contrôler, cela ne fonctionnera pas. Vous devez faire confiance aux joueurs de votre équipe et déléguer de manière appropriée. Je vois le leader comme étant le chef d’orchestre – vous ne pouvez pas tout faire tout seul !

Comment voyez-vous la découverte de médicaments évoluer à l’avenir ?

Au cours des cinq dernières années, davantage de produits en biologie ont été approuvé que de nouveaux médicaments et de petites molécules. Ainsi, les produits en biologie vont certainement être un acteur majeur.

Cependant, les coûts et les défis liés à leur production seront toujours un obstacle, alors qu’une petite molécule aura toujours sa place. Je pense que la découverte de médicaments avec de petites molécules partagera l’espace avec la découverte de nouvelles thérapies avec des produits en biologie.

Dans les petites molécules, il existe un nouveau domaine en chimie appelé PROTAC. Ce sont de petites molécules qui font la même chose qu’un anticorps, et elles sont plus simples à fabriquer.

Il y a actuellement un ou deux candidats PROTAC en essais cliniques. Si ceux-ci sont approuvés et ont un effet significatif sur les maladies qu’ils essaient de traiter, cela va propulser ce créneau de la chimie. Entre l’édition de gènes, les produits biologiques et les petites molécules, il y a de la place pour tout le monde.

Poursuivez vos passions

Côté conseils aux jeunes scientifiques, Daniel partage la sagesse qu’il a transmise à ses enfants lors de leurs choix de carrière.

« Je leur ai dit de choisir quelque chose qui les passionnerait », dit-il. « J’ai eu la chance de faire quelque chose que j’aime toute ma vie. Bien sûr, il y a eu des moments difficiles. Cependant, si cela vous passionne, vous allez y consacrer des heures pour donner le meilleur de vous-même ! »

Transformer les idées par la science

Société de recherche contractuelle dans la découverte de médicaments et en chimie des procédés.

NuChem Sciences Inc.

2350 Rue Cohen Suite 201
Saint-Laurent, Québec
Canada H4R 2N6
514 416 5659

©2023 NuChem Sciences. Tous Droits Réservés
English