fbpx

Qu’est-ce que cela fait d’être un scientifique dans le monde des affaires?

Une conversation avec Hunter Shaw, Ph.D.

En grandissant dans une ferme en Colombie-Britannique, Hunter Shaw a toujours su qu’il voulait être un scientifique. Cette voie l’a mené à un doctorat au Centre de recherche en neurosciences de McGill, où ses travaux lui ont valu trois publications comme premier auteur et trois prix.  

Alors qu’il passe de la biologie au développement commercial chez NuChem Sciences, nous avons interrogé Hunter sur ses succès professionnels à ce jour, sur ce qui l’attend dans le monde de la découverte de médicaments et sur ce que les artistes et les scientifiques peuvent apprendre les uns des autres.

Tout d’abord, félicitations pour avoir obtenu le titre d’agent de liaison pour le développement commercial chez NuChem Sciences! En quoi consiste ce nouveau rôle?

Il est très dynamique et représente un grand changement par rapport à mon travail précédent au sein de l’équipe de biologie. Je ne suis plus du tout dans un laboratoire et je n’y ai pas travaillé depuis février 2021 !

La meilleure façon de décrire mon rôle est d’être l’intermédiaire entre le client et la science. Nous coordonnons les aspects commerciaux avec l’équipe financière, qui n’est pas forcément composée de scientifiques. Ensuite, nous coordonnons avec les clients, qui sont généralement des scientifiques et savent exactement ce dont ils ont besoin en termes de science. Il y a beaucoup d’interaction, en plus de comprendre la science et d’aider à ce que tout s’enchaîne. 

En général, j’élabore des documents et des contrats, je participe à la gestion de notre site web et de son contenu, et je m’occupe de l’image de marque. Nous avons aussi récemment fait l’acquisition d’OmegaChem, et j’interagis donc avec eux pour m’assurer que nous sommes cohérents en termes de sites Web et d’image de marque. 

 

Avez-vous toujours voulu vous lancer dans les affaires?

C’était un objectif à long terme. Comme j’ai une formation en biologie, je crois savoir que j’ai été embauché pour aider l’équipe de développement commercial à promouvoir les services de biologie de NuChem Science. Cependant, l’équipe voulait d’abord me former dans le laboratoire, afin que je sache quels services elle offrait. 

Je devais initialement travailler dans le laboratoire pendant trois ans, mais j’ai été nommée rapidement à ce poste après un an et demi, car l’entreprise connaît une croissance rapide.  

Je m’installe dans mon nouveau rôle et j’apprends encore des choses à la volée, mais Marc Janes (vice-président, développement commercial et innovation chez NuChem Sciences) est un très bon professeur et je suis entouré d’une équipe vraiment fantastique. Ils s’assoient avec moi, me parlent et sont très ouverts avec moi. C’est vraiment agréable d’être entouré de professionnels qui travaillent dans le secteur depuis 25 ans.

 

Qu’avez-vous appris depuis que vous avez accepté ce nouveau rôle?

J’ai certainement beaucoup appris sur l’interaction avec les gens. J’ai eu la chance de grandir en pratiquant de nombreux sports d’équipe, et je pense régulièrement aux erreurs que j’ai commises à l’adolescence. Lorsque vous êtes jeune et que vous ne comprenez pas les conséquences de vos actes ou l’objectif final. J’ai donc appris à mettre en pratique ces leçons en écoutant les gens et en évaluant ce qu’ils attendent de moi. 

J’ai beaucoup appris sur l’industrie elle-même. Il y a beaucoup de pièces mobiles qui maintiennent une entreprise à flot, et pas seulement le produit que vous vendez. C’est une dynamique intéressante que je n’ai pas vraiment apprise à l’université, alors c’est intéressant de comprendre cet aspect de l’entreprise. 

 

Le fait d’avoir une formation en sciences pures vous donne-t-il un avantage dans le monde des affaires? Quelle est la différence entre vous et quelqu’un qui a une formation purement commerciale?  

Ces personnes sont peut-être meilleures que moi en matière de développement commercial, mais elles n’ont peut-être pas la même appréciation ou compréhension de la science. 

Ils n’ont peut-être pas passé sept ou huit ans dans un laboratoire à calculer des chiffres ou à faire des essais. Lorsque je rédige un contrat, je connais les scientifiques qui effectuent le test, je connais le chef de projet et je connais les tests nécessaires. Je peux donc discuter des détails avec eux ou adresser une question à un expert dans ce domaine. 

Je pense que c’est ma force et c’est là que je trouve ma place chez NuChem. 

 

Quelles ont été vos plus grandes réalisations à ce jour?

Il s’agit essentiellement de l’un de mes tout premiers emplois, donc je pense que de nombreuses réalisations sont encore à venir ! 

Je pense que l’un des moments dont je suis le plus fier au cours de mon doctorat a été la publication de mon article dans The Journal of Neuroscience. Une sculpture d’une image que j’ai générée du cerveau de la mouche à fruits a fait la couverture de l’ouvrage, ce qui était incroyable ! Cette sculpture a été créée dans le cadre de l’initiative Convergence, une collaboration entre des neuroscientifiques de McGill et des étudiants en art de Concordia que j’ai aidé à mettre sur pied. L’idée était que des artistes s’inspirent de nos projets de doctorat pour créer des œuvres d’art. Dans mon cas, une artiste du nom de Pamela Simard a réalisé des sculptures en bois à partir des images microscopiques que j’avais générées. 

Nous avons réalisé que les artistes et les scientifiques sont beaucoup plus semblables que nous le pensons. Il y a un processus, une théorie et une histoire de l’art et de la science qu’aucun des deux camps ne comprend souvent. Je pense que l’initiative résume très bien cette intersection entre les deux disciplines.

J’ai un exemplaire encadré de la couverture du Journal of Neuroscience – voir mon travail mis en valeur de cette manière était vraiment passionnant. 

 

Vous qui avez maintenant joué deux rôles dans l’industrie de la découverte de médicaments, avez-vous le sentiment de faire partie de quelque chose de valable?

Oui. À un moment ou à un autre de notre vie, nous ou quelqu’un de notre entourage sera touché par une maladie débilitante d’une manière ou d’une autre, qu’il s’agisse d’un cancer, d’une neurodégénérescence ou autre. 

Dans ce métier, vous avez l’impression de pouvoir accomplir quelque chose de grand pour l’humanité en trouvant un traitement pour ces maladies. Bien sûr, vous espérez que la molécule que vous trouverez sera la bonne. Mais cela ajoute à l’épanouissement.  

 

Qu’est-ce qui vous plaît le plus dans votre travail ?

Mes collègues sont formidables – je les aime vraiment tous. Ils sont très gentils et toujours prêts à aider.

Chez NuChem Sciences, tout le monde est conscient que nous devons tous réussir ensemble, alors qu’à l’université, on se concentre sur ses propres projets. 

J’aime aussi interagir avec les personnes expérimentées de l’entreprise. Pouvoir parler avec le directeur scientifique est vraiment cool. Notre équipe de direction est dans l’industrie depuis longtemps, et elle prend le temps de me conseiller sur mon parcours professionnel.

En ce qui concerne le développement commercial, tout le monde a été formidable pour me montrer le processus. Les scientifiques ne le verraient peut-être jamais, car cela se passe souvent derrière des portes closes. La courbe d’apprentissage a été abrupte, mais l’expérience a été très enrichissante. 

 

À votre avis, quel est l’avantage concurrentiel de NuChem?

Trois choses nous distinguent : la qualité, l’intelligence et le savoir.

Notre travail est soumis à des normes très strictes, et tous les membres de notre équipe veulent que nos barres d’erreur soient extrêmement petites. Ces normes ne visent pas seulement à fournir la meilleure solution aux clients, mais aussi à répondre à notre désir d’être les meilleurs.

Ces normes élevées ne s’appliquent pas seulement aux expériences que nous réalisons, mais aussi à la présentation des données et à la communication que nous entretenons avec les clients. Les scientifiques d’ici sont également très compétents dans leurs domaines respectifs.

Je considère que l’intellect s’apparente davantage à la résolution de problèmes. S’il y a quelque chose qui ne fonctionne pas, nous trouverons toujours une solution. Tout ce que nous donnons au client doit être un travail professionnel et finalisé. 

 

Avez-vous une devise ou un mantra personnel?

Ma devise a toujours été : « Qu’est-ce que j’ai accompli, qu’est-ce que j’ai apporté ? » 

Je ne veux pas quitter cette planète sans avoir eu un impact. J’ai beaucoup de chance d’avoir les capacités que j’ai, et je veux vraiment être à la hauteur de mon potentiel. 

 

Quel conseil donneriez-vous à un étudiant ou à un jeune dans votre domaine?

Je pense que le meilleur conseil est de communiquer avec les gens autant que possible. Dans ce secteur, les relations sont très importantes. 

 La meilleure chose que vous puissiez faire est de parler aux gens et de leur poser des questions sur différentes choses ou de voir ce que vous aimez et n’aimez pas. Les gens adorent qu’on leur pose des questions sur ce qu’ils font, alors n’ayez pas peur de leur envoyer des messages.

 

L’importance d’être humble

Le moment cinématographique préféré de Hunter est dans l’épopée Jurassic Park de Spielberg, lorsque le Dr Ian Malcolm dit : « La vie trouve un chemin. »

« Nous avons tendance à penser que nous pouvons tout contrôler, mais il y a beaucoup de choses que nous ne comprenons pas – surtout en termes de biologie et de science », explique Hunter. 

« Nous ne pouvons détecter les choses qu’avec les outils dont nous disposons actuellement. Les scientifiques doivent donc faire preuve d’humilité et d’ouverture d’esprit, car il pourrait se produire quelque chose que nous ne pouvons pas toujours expliquer ! »

Transformer les idées par la science

Société de recherche contractuelle dans la découverte de médicaments et en chimie des procédés.

NuChem Sciences Inc.

2350 Rue Cohen Suite 201
Saint-Laurent, Québec
Canada H4R 2N6
514 416 5659

©2023 NuChem Sciences. Tous Droits Réservés
English